Pince ton français !

Métonymie et synecdoque

J’avais envie d’écrire un papier sur ce sujet
vendredi 29 octobre 2004
 
La métonymie et la synecdoque sont des figures de style. Malgré leur nom tordu, elles sont très répandues : vous en faites très souvent sans forcément le savoir. Regardez le sous-titre de cet article : il contient une métonymie.

La métonymie consiste à remplacer un terme par un autre terme qui ne désigne pas la même chose mais qui lui est lié par un rapport logique.

Quand vous proposez à un ami de boire un verre, il se doute bien que vous ne lui suggérez pas d’ingurgiter le récipient mais bien son contenu. Vous venez ainsi de faire une métonymie : pour désigner une chose (de la boisson), vous avez utilisé un terme qui ne la désigne pas (verre) mais qui lui est liée par un rapport logique (la boisson se trouve dans le verre).

Autre exemple : « Hier, un imbécile m’est rentré dedans près du carrefour ! » Ici, a priori, un imbécile ne vous est pas vraiment rentré dedans : c’est sa voiture qui est rentrée dans la vôtre. Vous avez remplacé un terme (voiture) par un autre (imbécile) qui lui est lié : c’est une métonymie.

La synecdoque est une variété particulière de métonymie. Pour qu’une métonymie soit une synecdoque, il faut qu’un des éléments échangés soit inclus dans l’autre. Une synecdoque consiste à parler de la partie pour le tout ou du tout pour la partie.

Examinons la phrase suivante : « Je viens d’acheter une belle toile de maître. » Par le mot toile, vous désignez en fait un tableau, c’est donc une métonymie (un mot pour un autre). De plus, la toile proprement dite, le tissu tendu, est un des éléments constitutifs du tableau : c’est donc plus particulièrement une synecdoque.

Dans certains cas, il est difficile de déterminer s’il s’agit d’une synecdoque ou d’une simple métonymie. « Un imbécile m’est rentré dedans » : est-ce une synecdoque ? Autrement dit, peut-on considérer que le conducteur est inclus dans la notion de véhicule ? À vous de voir.



Forum